Le combat de l’OPC contre 7 maladies oculaires cécitantes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’Organisation pour la Prévention de la Cécité (OPC) lutte contre les maladies oculaires cécitantes

Depuis plus de 40 ans, l’OPC encourage le renforcement des systèmes de santé oculaires en Afrique francophone, pour y garantir le droit humain à la vue. Retour sur le contexte et les définitions des maladies oculaires cécitantes que l’OPC combat grâce à son travail.

L’Organisation pour la Prévention de la Cécité (OPC) lutte contre les maladies oculaires cécitantes

 

Pourquoi combattre les maladies oculaires cécitantes ?

La cécité et la déficience visuelle touchent au moins 2,2 milliards de personnes dans le monde, et environ la moitié ont une déficience visuelle évitable ou qui n’a pas encore été traitée. Une vue réduite ou la cécité peuvent avoir des effets majeurs et durables sur tous les aspects de la vie, affectant les interactions avec la communauté, l’école, le travail et les activités personnelles quotidiennes.

Des millions de personnes vivent avec des maladies oculaires qui augmentent leur risque de perte de vue et de cécité. Selon les chiffres d’impact mondial de l’IAPB 2020 :

  • 196 millions de personnes vivent avec une dégénérescence maculaire liée à l’âge
  • 146 millions de personnes vivent avec une rétinopathie diabétique
  • 76 millions de personnes vivent avec le glaucome
  • 2,5 millions de personnes vivent avec le trachome
  • 277 millions de personnes vivent avec une myopie sévère

A cause de la croissance démographique et du vieillissement de la population, les statistiques sur la cécité risquent de tripler et la déficience visuelle risque de doubler d’ici 2050. L’OPC se bat pour que cela ne se produise pas, car des solutions durables existent pour préserver le droit à la vue et combattre les maladies oculaires.

 

Qui est touché par les maladies oculaires cécitantes? 

Cette photo montre une personne souffrant de la cécité des rivières. Cette photo fait partie de la rubrique blog: Qui est touché par les maladies oculaires cécitantes?

La perte de vision peut affecter les personnes de tous âges, mais le fardeau a tendance à être plus lourd dans les zones rurales et pour les personnes de plus de 50 ans, les femmes, les personnes handicapées, les minorités ethniques et les populations autochtones. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, la cécité et la perte de vision sont ressenties plus profondément. En fait, on estime que la prévalence de la déficience visuelle dans ces régions est quatre fois plus élevée que dans les régions à revenu élevé. Au niveau régional, l’Afrique francophone est souvent négligée par les acteurs du développement international lorsqu’il s’agit de restaurer la vue et de fournir des soins oculaires de qualité, de sorte que les résidents des pays d’Afrique francophone sont particulièrement vulnérables.

 

Quels sont les traitements contre les maladies cécitantes ?

Les traitements varient et dépendent de la cause et de l’étendue de la perte de vision. La chirurgie peut éliminer les cataractes et corriger les complications du trachome, tandis qu’une simple paire de lunettes peut aider les erreurs de réfraction non corrigées. 

Traitement et chirurgie contre les maladies cécitantes

 

L’OPC se concentre sur 7 maladies oculaires cécitantes clés 

L’OPC s’attaque aux maladies oculaires cécitantes suivantes, en collaboration avec les ministères nationaux de la santé et les organisations locales :

  1. Cataracte. La cataracte est une maladie oculaire dans laquelle le cristallin de l’œil devient progressivement plus opaque, entraînant une vision floue. Les causes comprennent le vieillissement, les médicaments à base de cortisone, les traumatismes, le diabète, et bien d’autres. Les symptômes comprennent une vision restreinte et une sensation de brouillard continu qui peut aller jusqu’à la cécité. La cataracte représente 34,47% des causes de cécité mondiale (tous âges confondus) et continue d’être la principale cause de cécité dans le monde. Les cataractes peuvent être traitées par chirurgie, avec un taux de réussite élevé, pour retirer la lentille opaque et la remplacer par une lentille intraoculaire artificielle.
  2. Glaucome. Le glaucome est un groupe de maladies qui endommagent le nerf optique de l’œil. Ce processus de destruction est caractérisé par une augmentation de la pression oculaire qui change généralement progressivement et sans douleur. Les méthodes de traitement efficaces comprennent un traitement médical et chirurgical si la maladie est diagnostiquée à un stade précoce. Grâce à un traitement approprié, la vue peut être maintenue. Non traité, le glaucome entraîne une perte totale irréversible de la vue.
  3. Dégénérescence maculaire. La dégénérescence maculaire, également connue sous le nom de dégénérescence maculaire liée à l’âge, est une anomalie avec une augmentation de la pression oculaire. Les symptômes comprennent une vision floue ou inexistante au centre du champ visuel en raison de la lente destruction du nerf optique qui peut entraîner une perte totale de la vue. La progression de la maladie est indolore et peut être très rapide ou très lente. À l’heure actuelle, il n’y a pas de traitement définitif ou de guérison de la maladie. Les traitements palliatifs capables de ralentir la progression de la maladie comprennent l’utilisation d’injections de médicaments, de lasers, de photothérapie dynamique et parfois de chirurgie.
  4. Rétinopathie diabétique. Les personnes atteintes de diabète peuvent développer une maladie oculaire appelée rétinopathie diabétique quand les taux élevés de sucre dans le sang endommagent les vaisseaux sanguins de la rétine. Ces vaisseaux sanguins peuvent gonfler, fuir ou se fermer, empêchant le sang de passer. Les symptômes comprennent une vision floue ou fluctuante, une vision des couleurs altérée et des zones sombres ou vides dans le champ de vision. Les facteurs de risque de rétinopathie diabétique comprennent la durée du diabète, le niveau de glycémie, la présence d’hypertension artérielle, la dépendance à l’insuline, la grossesse, les taux de lipides sériques sélectionnés, les facteurs nutritionnels et génétiques. Une intervention médicale peut réduire une partie du risque visuel causé par la rétinopathie diabétique. Le contrôle de la glycémie diminue le risque d’apparition et ralentit la progression de la rétinopathie.
  5. Erreurs de réfraction. Les erreurs de réfraction comprennent la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. Les erreurs de réfraction peuvent être corrigées avec des aides optiques comme des lunettes. 2,6 milliards de personnes souffrent de myopie, dont 312 millions d’enfants. Ce problème pourrait être résolu avec une simple paire de lunettes. Renseignez-vous sur #Foresight, le programme de santé oculaire scolaire de l’OPC, qui s’attaque de front à ce problème.
  6. Trachome. Le trachome est une maladie douloureuse causée par une infection bactérienne de l’œil. La bactérie Chlamydia trachomatis se trouve couramment dans les communautés pauvres qui n’ont pas d’assainissement adéquat et ont un accès limité à de l’eau propre. Elle se transmet par contact avec les sécrétions oculaires et nasales des personnes infectées et se propage facilement via les mains ou les vêtements d’une personne infectée ou même les mouches. Les enfants sont particulièrement à risque, car ils passent le plus de temps à l’extérieur. Si le trachome n’est pas traité, l’infection scarifie la paupière ce qui a pour effet de tourner les cils vers l’intérieur. Ils frottent la surface de l’œil, provoquant une gêne, une douleur et des lésions permanentes de la cornée, ce qui conduit à une cécité irréversible. La stratégie recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre le trachome est la stratégie SAFE (chirurgie, antibiotiques, lavage du visage et changement environnemental), qui consiste en plusieurs interventions conçues pour réduire la transmission, traiter les infections et corriger les séquelles de la maladie.
  7. Onchocercose. L’onchocercose (cécité des rivières) est une maladie parasitaire endémique dans 30 pays africains. La maladie est causée par un ver qui se transmet par les piqûres de mouches noires infectées. Les mouches noires sont le vecteur qui transmet le ver parasite d’homme à homme. Une fois transféré dans le corps humain, le ver adulte femelle produit des milliers de vers bébés (microfilaires) par jour dans le corps humain. Ces microfilaires se déplacent à travers la peau et les yeux, provoquant des lésions telles que des éruptions cutanées, des lésions, des démangeaisons, une dépigmentation cutanée et dans les cas les plus graves, une cécité permanente. La stratégie recommandée par l’OMS pour lutter contre l’onchocercose est la distribution massive de médicaments.

 

Le trachome et l’onchocercose sont également classés comme maladies tropicales négligées (MTN). Consultez notre dernier article sur la lutte de L’Organisation pour la Prévention de la Cécité (OPC) contre les MTN.

Les 7 maladies cécitantes sur lesquelles l’OPC concentre ses efforts ont été classées comme des maladies oculaires prioritaires par l’Organisation Mondiale de la Santé. L’OPC travaille avec les gouvernements locaux, les organisations de la société civile et les communautés pour développer des programmes complets de soins oculaires, élargir l’accès aux services de soins oculaires permettant de sauver la vue, et encourager l’appropriation locale des systèmes de soins oculaires.