Une Afrique sans trachome, c’est pour très bientôt !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Une Afrique sans trachome, c’est pour très bientôt !

Les 26 et 27 septembre 2019, l’OPC a organisé à Paris, la 3 ème session du RAFET ou Réseau Africain Francophone des Experts du Trachome. Etaient présents 15 experts représentants les programmes nationaux d’élimination du trachome en Afrique de l’Ouest et Centrale, y compris le Nigéria, pourtant pays anglophone. Le RAFET est un excellent outil d’unité, de partage, d’analyse et de compréhension.

La réunion de Paris a vu différents participants intervenir sur les sujets suivants :

    • les défis et avantages de commencer un programme chirurgical en 2019 ;
    • la revue des dernières recommandations du Global Scientific Meeting sur le trachome
    • les moyens d’atteindre les populations vulnérables comme les réfugiés ou les déplacés ;
    • les moyens de travailler dans les zones affectées par la guerre civile ;
    • les moyens de mettre en place un plan stratégique de plaidoyer ;
    • les progrès vers la transition, c’est-à-dire le moment où le programme vertical d’élimination du trachome en tant que problème de santé publique, soutenu par des fonds exogènes prend fin, et que le trachome est désormais pris en charge par le système national de santé national.

Enfin, un panel de discussion composé de trois pays – Mali, Mauritanie et Niger – qui préparent leur dossier d’élimination du trachome en tant que problème de santé publique pour le soumettre à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a permis aux participants de savoir ce qu’il faut faire ou pas. En fait, si chaque pays conduit ses affaires à sa manière, dès lors qu’il s’agisse de déclarer qu’une maladie est effectivement éliminée, le processus est unique.

Pour rappel, le trachome est causé par une infection bactérienne de l’œil. La bactérie Chlamydia trachomatis est transmise par contact avec les mains ou les vêtements d’une personne infectée ou par les mouches. Étant à l’extérieur la plupart du temps, les enfants sont particulièrement à risque. Des infections répétées au cours du temps peuvent entraîner une déformation de la paupière donc la friction douloureuse et inconfortable des cils sur la surface de l’œil avec des dommages permanents au niveau de la cornée. Ceci est plus répandu dans les groupes d’âge les plus élevés et conduit à la cécité irréversible.

Pour lutter contre le trachome, l’OMS recommande la stratégie CHANCE (chirurgie, antibiotiques, nettoyage du visage et changement environnemental), qui consiste en de multiples interventions visant à réduire la transmission, traiter les infections et corriger les séquelles. Pfizer produit l’Azythromycine, l’antibiotique massivement distribué dans les zones endémiques.

Cette 3 ème réunion du RAFET, qui a d’ailleurs commencé sur une note d’optimisme avec des chiffres actualisés montrant que l’élimination du trachome progresse à travers l’ensemble des pays d’Afrique. Bien entendu, il reste encore des efforts à faire, mais il est bon de constater l’impact des efforts faits et des initiatives menées. Donc, partager nos expériences accélère la dissémination des connaissances, des bonnes pratiques et impacte positivement les programmes nationaux d’élimination du trachome.

En 2020, trois villes sont candidates pour organiser le RAFET : Abidjan, Nouakchott et Paris.